Archives

Historique des archives de la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez aux Archives Nationales (extrait) par Eliane Carouge-Deronne, Conservateur aux Archives Nationales

Au moment de la nationalisation du canal de Suez par l'Egypte en 1956, l'administration locale du canal et les archives qui y avaient trait furent remises au gouvernement égyptien en même temps que le canal et les immeubles. Mais la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez, dont le fondateur et les cadres étaient français, avait son siège administratif à Paris. C'est la que fut ensuite installé le siège social de la Compagnie Financière de Suez. Cette Compagnie s'est donc trouvée héritière des archives que l'exploitation du canal avait laissées dans les locaux de la rue d'Astorg. Elle les a déposées en 1977 aux Archives Nationales où elles sont devenues le fonds 153 AQ. Il s'agit d'un fonds considérable qui occupe plus de 1 500 mètres de rayonnages. Il demeure dans les locaux de l'association, les documents qui touchent à la personne de Ferdinand de Lesseps et ceux qui marquent les grandes dates de l'histoire du canal.

La partie du fonds déposée aux Archives Nationales, pour comprendre moins de documents ponctuellement remarquables, n'en est pas moins d'un intérêt historique considérable. Ces dossiers sont ceux de la gestion quotidienne de l'entreprise, ceux à travers lesquels il est possible de savoir comment s'est fait concrètement le canal et comment ont vécu ceux qui y travaillaient.

Nous sommes en présence d'un fonds d'une qualité rare tant par son organisation et son intégrité que par l'histoire qu'il nous révèle. Car l'histoire de la Compagnie de Suez, c'est avant tout l'histoire du canal de Suez.

La gestion du canal était confiée à trois services dont les archives se révèleront d'une grande richesse : le service technique, le service du transit et celui du domaine.

Grâce aux documents qu'ils nous ont laissés, nous pouvons connaître avec précision tous les travaux réalisés au canal pour son établissement comme pour son entretien et ses améliorations successives : les terrassements, les curages, la construction des perrés, l'établissement des phares et balises, le creusement des bassins, le redressement des courbes, mais aussi ces innombrables travaux mineurs et combien plus fréquents qu'étaient par exemple l'entretien du télégraphe, l'aménagement d'un atelier ou la clôture d'un poste de gardien. En même temps que nous apprenons ainsi quels travaux furent faits, nous pouvons savoir quels matériels y ont été employés, quel constructeurs les ont fournis ou comment fonctionnaient les ateliers de la Compagnie à Port-Saïd.

Mais bien que le canal de Suez ait été un chantier permanent, sa raison d'être, et donc sa véritable histoire, c'est le passage des navires qui font chaque jour ce trajet de 170 km qui sépare la Méditerrannée de la Mer Rouge. Nous quittons là les archives du service technique pour celles du service du transit. Son rôle est d'assurer aux navires transiteurs un passage sans incident, aussi rapide que possible. C'est aussi à lui que revient la responsabilité de la rentabilité de l'exploitation puisque c'est à lui que chaque navire acquitte les droits de passage proportionnés à son tonnage. Ces deux aspects de l'activité du service du transit sont à l'origine des deux séries de documents qu'il a élaborés. D'abord les règlements de navigation, sans cesse modifiés et précisés à mesure que changeaient les caractéristiques du canal et celles des navires de haute mer ;à mesure aussi que les accidents, malgré tout inévitables, apportaient leurs enseignements : chaque accident, même peu important, fut ainsi l'objet d'études et de rapports repris dans des statistiques régulières.

La question du tarif fut, comme il est naturel, l'objet de nombreux débats avec les armateurs et les gouvernements que les archives de la Compagnie relatent amplement. Sur place, à Port-Saïd et à Suez, les employés du transit mesuraient et enregistraient chaque navire qui se présentait pour lui faire payer le juste prix de son passage. Les documents établis à cette occasion relèvent avec précision les caractéristiques techniques de tous les navires qui sont passés par le canal pendant un siècle, le trajet qu'ils effectuaient, la nature de leur cargaison, le nombre de leurs passagers, le nom de l'armateur : cette série d'éléments statistiques est une source précieuse pour l'histoire des transactions commerciales internationales.

Enfin le canal est à l'origine de la création sur ses rives de trois grands centres urbains, là où s'étendait jadis le désert : Port-Saïd et Port-Fouad, son extension sur la rive Asie, Ismaïlia et Port-Thewfik - Suez. Ces villes se sont développées à l'intérieur de la concession accordée par le vice-roi d'Egypte. Dans cette zone, l'administration des terres appartenait entièrement à la Compagnie, à l'exception de certaines questions qui faisaient l'objet d'accords particuliers avec le gouvernement égyptien. Les dossiers du service du domaine retracent donc fidèlement l'évolution de ces villes. L'ouverture de nouvelles rues, la construction de bâtiments publics et des habitations des agents de la Compagnie, les travaux d'édilité et de voirie montrent comment s'est crée un urbanisme moderne et original à partir des installations nécessairement sommaires du début.

Sauvegardées grâce à la sagesse de la direction de la Compagnie de Suez, les archives de la première époque du canal sont aujourd'hui confiée aux archives publiques françaises. Et il est bien vrai que ce très beau fonds d'archives confié aux archivistes français, mémoire d'un moment de l'histoire de leur pays comme de celle de l'Egypte, dépasse largement les limites des histoires nationales.

Le fonds de la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez a été tranféré au Centre des Archives du Monde du Travail à Roubaix.

Rendez-Vous

Dîner conférence de fin d'année avec Philippe Joutard et Gabriel de Bérard.
12 décembre 2017

 Nous serions très heureux de vous retrouver

Mardi 12 décembre 2017 à 18h  pour une soirée amicale au         Cercle de la mer, 1 port Suffren 75007 Paris.

Cette soirée débutera à 18h par une conférence de Philippe Joutard, ancien professeur à l’université de Provence et à l’école des Hautes études en sciences sociales, ancien recteur des académies de Besançon et de Toulouse.

 "la vie au canal de Suez  jusqu’en 1956."

Nous serons également heureux de célébrer à cette occasion la 1ère présentation des œuvres d’Evremond de Bérard avec Gabriel de Bérard, membre du bureau de notre association.

Evremond de Bérard, peintre voyageur."

La préface de l’ouvrage est rédigée par Arnaud Ramière de Fortanier, président du Souvenir de Ferdinand de Lesseps et du canal de Suez.

Son  chapitre sur l’Egypte est présenté par Hélène Braeuner, docteur en histoire de l’art, membre de notre association  et  lauréate du prix Goby 2017 de l’Institut de France.

Son  chapitre sur l’Inde est présenté par Madame Amina TAHA-HUSSEIN OKADA, membre de notre association, conservateur général du musée national des arts asiatiques – Guimet.

Nous dînerons à 19h 30.

Inscriptions à retourner par courrier accompagné d'un règlement de 50€/pers.

Nous nous réjouissons de vous retrouver et vous espérons nombreux. 

 

 

 

le Pavillon des Indes à Courbevoie
12 octobre 2017

Jeudi 12 octobre 2017: visite à Courbevoie du pavillon des Indes, témoignage de l'exposition universelle de 1878 qui s'est tenue sur le Champ de Mars à Paris.

Nous découvrirons ensuite le musée Roybet Fould qui rend hommage à Ferdinand Roybet, peintre de la fin du XIXè.

Cette sortie donnera l'occasion d'évoquer les années qui suivirent le percement de l'isthme de Suez et se conclura par un déjeuner amical. 

Inscriptions auprès d'Olivier Marnet, organisateur de cette journée: omarnet@orange.fr

R.V:  10h 30 178 Boulevard Saint Denis. 92400 Courbevoie.

Cette visite sera suvie d'un déjeuner amical.

Conférence sur le canal de Panama
11 octobre 2017

Eric Boulte fera le mercredi 11 octobre à 17 heures au Cercle de la mer une conférence sur Panama à la suite de son récent voyage.

La conférence sera suivie d’un pot

Participation aux frais : 12 euros

Pour s’inscrire, contacter Isabelle 01 45 56 05 60 ou contact@cercledelamer.com

Du triomphe de Suez ... au scandale de Panama. Que s'est-il passé?
28 septembre 2017

Nous vous donnons rendez-vous

jeudi 28 septembre 2017 à 18h à la mairie du 7è arrdt de Paris

pour une conférence de notre ami et adhérent Pierre le Roux,

nous vous espérons nombreux. Entrée libre.

Le trésor de Saqqarah avec Christiane Ziegler
22 mai 2017

Projection du film « le trésor de Saqqarah » 

suivie par un débat animé par Christiane Ziegler, administrateur de l'Association, Directeur Honoraire du département des antiquités égyptiennes du musée du Louvre.

le lundi 22 mai 2017 à 18h30

Au CCEP : Centre Culturel Egyptien à Paris, 101 boulevard Saint Michel.
 

News

Canal de Suez : chantier de l'extrême
26 janvier 2017

 Documentaire réalisé par Johanna Gauterie, avec l'aide de l'Association Lesseps Suez, diffusé le jeudi 26 janvier 2017 à 20H50 sur RMC Découverte (canal 24).

Visite du président Hollande en Egypte
17 avril 2016
Le projet d'exposition sur le canal de Suez à l'Institut du Monde Arabe à Paris pour 2018

Contact

Inscrivez-vous à la newsletter !

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !


Téléchargez la dernière lettre d'information !

Archives